• adifica-propose-une-haiti-orientee-vers-le-futur-213-1
  • adifica-propose-une-haiti-orientee-vers-le-futur-213-3
  • adifica-propose-une-haiti-orientee-vers-le-futur-213-2
01 / 03

Ædifica propose une Haïti orientée vers le futur

Ædifica et sa filiale Ædifica Sud en collaboration avec les architectes Haïtiens Bernard Millet et Jean-Jacques Coicou, ont répondu au concours d’architecture convoqué par le Groupe de Travail et de Réflexion pour la Reconstruction du Palais National de l’État Haïtien, avec une proposition audacieuse. Celle-ci exprime la fusion entre une approche classique de composition urbaine et une facture architecturale contemporaine de légèreté et de transparence.

En réponse au débat gravitant autour de la reconstruction du Palais, Ædifica a pris parti de ne pas restituer la morphologie du passé, sans pour autant négliger la valeur patrimoniale et historique du site. Nos convictions nous ont permis de proposer une évolution collective et une utilisation puissante de l’architecture comme catalyseur de changement social.

Ædifica et ses partenaires ont décidé de donner à son concept une vision d’avenir tout en rendant hommage à la mémoire de l’ancien Palais par une conversation avec le peuple Haïtien, matérialisée à travers une histoire portant sur les trois temporalités de l’existence humaine, dans une séquence spatiotemporelle agissant comme catharsis collective, une puissante procession transformationnelle et curative :

Le Passé, développé à partir de l’entrée Nord du site en proposant une descente en neuf paliers vers une évocation des fondations du défunt Palais de Baussan, et matérialisée par un geste simple et puissant : le « Mur des Larmes Infinies », un mémorial commémorant le séisme de 2010 et ses innombrables victimes anonymes;

Le Présent, qui occupe le niveau du sol immortalisant la figure de l’ancien Palais dans un bassin réfléchissant le « Tracé Baussan » et entame une rédemption par une ascension de l’emmarchement vers le seuil du Palais;

Le Futur, qui inspire une élévation et incarne le portail radieux de l’avenir; l’apogée du parcours assume la forme d’un socle habité par le nouveau Palais lui-même et par ses jardins paradisiaques.

Le nouveau Palais National d’Haïti est proposé comme la pièce maîtresse d’un vaste ensemble urbain : le point culminant d’un axe fondateur prenant naissance dans les eaux de la Baie de Port-au-Prince et cadrant la perspective historique de la rue du Champ-de-Mars.

Trois intentions fondatrices ont alimenté les réflexions et guidé la conception :

-  Préserver la mémoire et valoriser l’histoire du site afin d’amorcer une guérison collective;

-  Renouveler la trame urbaine de Port-au-Prince en revalorisant l’axe historique du Champ-de-Mars pour relancer la revitalisation de la ville;

-  Créer un symbole d’espoir et d’optimisme : un réceptacle digne des aspirations de la nation afin de susciter un élan collectif structurant.

En étant l’aléa sismique à l’origine de l’effondrement de l’ancien Palais, Ædifica a utilisé des principes simples, efficaces, nécessitant peu de maintien et fondamentaux de conception parasismique dans sa réflexion conceptuelle, ce qui mène à une performance structurale et économique pour la construction :

-  La réduction du poids propre de la structure par l’utilisation de matériaux légers;

-  La configuration d’une trame structurale simple, régulière et uniforme visant à réduire, voire éliminer les irrégularités de torsion;

-  La composition du grand bâtiment principal d’apparence allongée, par quatre modules séparés par des jointes sismiques afin de réduire le risque des forces rotationnelles dues à des possibles variations géologiques;

-  L’établissement de proportions optimales en longueur, largeur et hauteur favorisant la stabilité.

Guidées par notre approche, des stratégies de développement durable visant la réduction de l’empreinte carbone ont été intégrées au concept, telles que :

-  Toitures blanches pour la réduction d’îlots de chaleur;

-  Ventilation naturelle supportée par des puits canadiens;

-  Utilisation d’énergie géothermique et solaire;

-  Toitures végétalisées pour isolation optimale et protection contre les rayons ultraviolets;

-  Création des îlots de fraîcheur et réduction d’évapotranspiration par du couvert végétal indigène;

-  Création d’espaces bleus;

-  Récupération de l’eau de pluie;

-  Optimisation de l’éclairage naturel et contrôle de la surchauffe solaire par une résille métallique amovible, toiture en porte-à-faux et colonnes servant d’écran solaire.

La proposition de Ædifica et ses collaborateurs a été une des quatre finalistes parmi 15 propositions initiales. Bien qu’elle n’ait pas été lauréate par le jury, elle a été fidèle aux piliers de notre approche et valeurs de la firme, se constituant dans un design audacieux, respectueux de l’histoire et de l’identité collective, innovateur et durable, qui a été accueilli avec satisfaction par le grand public, notamment par une jeunesse résiliente qui cherche des nouveaux repères dans un avenir prometteur et qui veut faire le deuil des ombrages du passé.

« Notre savoir-faire grandi à travers les projets réalisés, celui-ci a renforci notre expérience en travail transdisciplinaire appliquée dans un contexte d’équipe délocalisée, harmonisant la vision de nos collaborateurs, nous habituant aux réalités du travail en équipe virtuelle, œuvrant dans un contexte de diversité culturelle » ajoute Lenin Cruz, Directeur, développement international.


Crédit : Ædifica – ÆdificaSud en collaboration avec JB Millet et JJ Coicou


Retour à la liste